Le céramiste
L'homme
Le rassembleur
Bernadette
Le jeune homme riche
Actus tragicus
La rue des Brasseurs à Namur
Antonio Vivaldi, le prêtre roux
A Sang-Do et Shantoki
Le Pays noir
Les disciples d'Emmaüs
L'orchestre
La femme adultère
La joie parfaite
La maison de Julos
A Notre-Dame du Rond-Chêne
Festival Mozart
Concerto pour quatre clavecins
La Tour de Babel
Le préau
Cantate dans un violoncelle
Danse macabre
François chez le sultan
La maison de Julos
105 x 70 cm
"Les maisons sont chargées à ras bord de bonheur et aussi de tristesse.
Max a fait le tour de la mienne et j'y vois une belle en allée dans sa robe longue et son chapeau et son sourire émerveillé.
"Je voudrais garder les yeux clairs et rieurs, dit-elle, longtemps, longtemps,longtemps."
On aperçoit les deux petits mousses à l'avant du bateau,
des mousses qui sont aujourd'hui des marins à part entière
et qui ont traversé déjà presque toutes les mers,
celle de la nuit au long visage,
l'Atlantique, la Méditerranée, le Pacifique. Où s'arrête le voyageur ?
Garde-t-il sa maison toujours plantée dans sa mémoire ?
Le Max a mis les musiciens, le clavecin, la flûte,
tout ce qu'il faut pour faire un univers musical.
Moi-même, je suis là, avec la guitare, au premier étage de la maison :
cette salle de danse où la mort est déjà venue en visite.
"Quand le malheur entre dans la maison, il faut lui donner une chaise ! "
Les murs portent le secret, la belle en allée s'envole déjà vers ailleurs,
elle tire derrière elle le rideau et la maison survit avec ses secrets étranges,
elle ne veut pas être hantée, elle se hisse vers le soleil, ses fenêtres
sont des bouches pour goûter la lumière.
Rien n'est perdu, tout est à faire.
Sans doute ne suis-je qu'un chanteur naïf
A l'instar de ces voyageurs du regard,
de ces céramistes qui fixent le réel et le surréel et donnent sa vraie carrure à l'infinitude.
   Julos Beaucarne
agrandir
cliquer pour agrandir
haut
©Max van der Linden asbl vieux Chemin de Namur 3 1320 Nodebais nous contacter