Le céramiste
L'homme
Le rassembleur
Bernadette
Le jeune homme riche
Actus tragicus
La rue des Brasseurs à Namur
Antonio Vivaldi, le prêtre roux
A Sang-Do et Shantoki
Le Pays noir
Les disciples d'Emmaüs
L'orchestre
La femme adultère
La joie parfaite
La maison de Julos
A Notre-Dame du Rond-Chêne
Festival Mozart
Concerto pour quatre clavecins
La Tour de Babel
Le préau
Cantate dans un violoncelle
Danse macabre
François chez le sultan
A Sang-Do et Shantoki
80 x 50 cm
"Si nous allions nous promener dans les bois de la guerre
où ne repoussent plus les feuilles,
nous passerait vite l'envie de faire de beaux discours,
et vous, les Présidents,
si vous aviez un fils qui ne revenait pas,
peut-être votre coeur froid souffrirait-il d'engelures.
Derrière le paravent et le bourdonnement de vos beaux discours
préparés sur les plages de quelque Floride
dans le dolce farniente du soir,
est-ce la mort ou quelque démon qui tire les cartes ?
L'homme fait hara-kiri.
On tue pour apprendre à vivre.
C'est une ancienne nouvelle méthode d'éducation,
la terre est le zoning industriel de la haine
avec comme corollaire une vallée de larmes pour trois cent mille ans.
L'enfant a eu la jambe coupée et sa mère a été tuée.
Il l'appelle tant qu'il peut.
Personne ne vient faire repousser cette jambe perdue, aujourd'hui et toujours, une béquille de bambou lui servira de mère.
Ça se passait quelque part en Asie, quelque part en Afrique,
Quelque part, quelque part".
   Julos Beaucarne
agrandir
cliquer pour agrandir
haut
©Max van der Linden asbl vieux Chemin de Namur 3 1320 Nodebais nous contacter